COUP DE CŒUR – Flipette et Vénère

BD enfin lue ! (Oui, je sais, je dis tout le temps ça…)

Il est de ces BD que l’on sait que l’on va adorer, même si on ne les a pas encore ouvertes. C’est comme ça. On le sait, c’est tout. « Flipette et Vénère » fait partie de celles-là.

Quelle claque.

Bon, avant d’entrer dans le vif du sujet, qu’est-ce que ça raconte ?

Clara (Flipette) est une jeune femme timide, qui préfère rester en retrait. Ce n’est pas évident pour elle de parler de son travail, la photo. Pourtant, elle en a des choses à dire, à montrer. Comme elle manque cruellement de confiance en elle, elle se tait. Le monde extérieur étant tellement anxiogène, elle ne s’y intéresse pas.

Sa sœur, Axelle (Vénère), est son opposée ! Elle s’énerve, elle crie. Le monde la révolte, et les personnes qui ne font rien pour changer les choses la débectent.

Bon, vous l’avez compris, ce n’est pas le grand amour entre les deux. Mais quand Axelle se retrouve bloquée, la jambe cassée, leur mère demande à Clara de s’occuper d’elle. L’aînée n’en a pas envie, mais s’exécute. Cela gonfle la plus jeune au plus haut point, et déjà, les conversations s’animent.

Clara va découvrir la vie d’Axelle. Sa bande de potes, engagé.e.s, présent.e.s aux manifs, mais aussi dans des associations d’aide, etc. Elle va s’y intégrer, un peu. Enfin, plus que ce qu’elle aurait pensé. Mais tiendra-t-elle, vraiment ?

Avant de lire ce roman graphique, je pensais que le personnage de Flipette m’énerverait, mais il n’en fut rien. Bien au contraire. Elle est très touchante, et c’est grâce à elle, son ignorance du milieu manifestant, que l’on apprend à connaître ce dernier.

Cette BD est un condensé riche et dense de réflexions sur l’engagement. L’autrice aborde de nombreux points de vue, nous permettant d’affiner notre avis sur cette question. Elle n’apporte aucune réponse claire et précise. J’avoue que d’un point de vue personnel, ça a pas mal chamboulé ma vision des choses. Il n’existe pas une façon de s’engager, mais une pluralité. Et c’est ce qui coince, parfois, tant les volontés sont diverses.

Malgré leurs différends, Flipette et Vénère vont apprendre à se redécouvrir. Car ce n’est pas qu’une histoire d’engagement, c’est aussi une histoire de sœurs.

Le tout est magnifié par le style très particulier de Lucrèce Andreae, aux mille couleurs. J’ai particulièrement aimé le chara-design des personnages, tous très différents. On repère facilement qui est qui, et heureusement, tant la galerie des protagonistes est dense. Le dessin est très expressif, on ressent très bien les émotions des personnages. Je vous préviens, on s’y attache !

Bref, un indispensable dans vos bédéthèques, à n’en point douter. Lisez « Flipette et Vénère », vous ne le regretterez pas. 

Publié par LaNeuviemeLecture

Passionnée de BD depuis l'enfance, libraire de vocation, il était pour moi évident de transmettre mon amour du neuvième art. C'est aujourd'hui chose faite avec la création de ce site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :